Le sentier de Saint-Germain-de-Calberte est un sentier de découverte qui vous emmène au coeur de l’histoire du village. Treize panneaux explicatifs jalonnent un sentier d’interprétation destiné à faire découvrir le village, ses gens, ses paysages et son histoire aux habitants et aux gens de passage.

Certains d’entre eux présentent le travail remarquable de la pierre réalisé par les Cévenols qui, au fil des siècles, ont aménagé les montagnes, construit les terrasses, les canaux d’irrigation, les chemins d’accès, l’habitat… Le quartier des Calquières est un exemple d’aménagement en terrasses les plus remarquables de la région que l’on peut découvrir en empruntant le sentier qui traverse le site. L’artiste iranienne Shirine Afrouz a rendu hommage à ces habitants qui vivent en harmonie avec la nature à travers un monument.

Une autre partie des panneaux présente l’histoire de Saint-Germain depuis son implantation, attestée dès le Moyen-Âge. On y retrouve les principaux événements historiques qui ont marqué les Cévennes, comme le développement du protestantisme, la Guerre des Camisards, l’âge d’or de la soie du XIXe siècle, les deux guerres mondiales, l’exode rural au XXe siècle…

Néanmoins, au cours des siècles, le village se singularise par sa position stratégique où se localisent les symboles du pouvoir. Ainsi, au Moyen Âge, il abrite un studium, sorte d’université où les étudiants viennent apprendre la théologie. À la fin du XVIIe siècle, l’Abbé du Chayla installe sa résidence pour rétablir le catholicisme en Cévennes et son assassinat au Pont-de-Montvert déclenche la guerre des Camisards en 1702. Lieu de passage important, St-Germain accueille dès le Moyen Âge un marché hebdomadaire et de nombreuses foires s’y déroulent, et l’on en comptabilisait douze jusqu’au milieu du XXe siècle…

Ouvert sur l’extérieur, le village a de tout temps accueilli et intégré les étrangers et résisté contre les oppresseurs. Durant la seconde guerre mondiale, la Résistance s’organise, des antifascistes allemands installent leur maquis dans la vallée de la Flandonenque, plus de 42 juifs s’installent en plein cœur du village, en toute liberté et au nez même de la Milice française. Cette intégration se fait grâce à la participation de l’ensemble de la population et témoigne de sa solidarité en ces temps particulièrement difficiles. Terre d’accueil, de respect envers autrui et envers l’environnement, autant de valeurs sur lesquelles s’appuyer pour envisager l’avenir.

Le sentier d’interprétation a été réalisé par Florence Arnaud pour la Communauté de communes de la Vallée Longue et du Pays Calbertois, avec la participation des habitants et de la mairie de Saint-Germain-de-Calberte, du Conseil général de la Lozère et du Parc national des Cévennes.

Pour en savoir plus

p

Rejoignez le groupe "Les villageois de Saint-Germain-de-Calberte" sur Facebook

 

Où manger aux alentours ?

Demandez un sentier d'interprétation

Articles sur le même thème