La vallée de Paillère, son paléoglacier au Quaternaire, son cirque glaciaire au col de l’Aigle, ses moraines à Costeilades

Géomorphologie – paléoglacier du Quaternaire

4,5 km – 2 heures
Dénivelé 150 m

Costeilades

Facile avec de bonnes chaussures – Niveau scientifique intermédiaire

Ce circuit d’un kilomètre permet de retrouver les traces évoquant l’existence d’un glacier au Quaternaire dans la vallée de Paillère. Au niveau de Costeilades, des moraines, sédiments fluvio-glaciaires, sont constituées d’éléments de granites sur le sous-sol schisteux. Des blocs erratiques de granite s’observent en de multiples endroits autour de Costeilades et notamment sur le verrou glaciaire qui marque l’extrémité de l’ancien glacier. Plus en amont dans la vallée, les affleurements de schistes ont des formes abrasées et plus haut, un ancien cirque glaciaire présente des rochers escarpés avec des éboulis à ses pieds. Le paléoglacier de Paillère est probablement l’une des langues qui dévalent vers l’est d’un grand glacier qui recouvrait le plateau du mont Lozère au Quaternaire, il y a plus de 20 000 ans.

Comment connait-on les glaciations du Quaternaire ?

L’étude des coraux et des glaciers de l’Antartique et du Groenland, celle des fonds des océans marins où se sont accumulés les sédiments glaciaires, nous donnent des informations sur les glaciations anciennes. L’étude des fossiles de foraminifères du plancton, dont la composition isotopique de l’eau de mer varie en fonction de la température, nous permet de dater la succession des périodes de glaciations. Ces dernières sont d’une vingtaine sur 3 millions d’années et présentent une périodicité due aux variations de la forme de l’orbite de la Terre autour du soleil ou à celle de l’inclinaison de son axe de rotation.

Les différentes glaciations du Quaternaire

L’avant-dernière glaciation le Riss, a pris fin il y a 120 000 ans environ et la dernière, le Würm, d’importance un peu moindre, s’est étendu de 80 000 à 20 000 ans. Le maximum de la dernière glaciation (Würm) est antérieur à 40 000 ans et le niveau marin était de 120 m plus bas ; les glaciers ont ensuite reculé à partir de 30 000 ans environ, puis une récurrence est survenue aux alentours de 25 000 ans avant la déglaciation. Ensuite un nouveau refroidissement entre 14 000 et 9 000 ans a été suivi d’un réchauffement il y a 6 000 ans avec un climat plus clément que de nos jours.

 

L’englacement du mont Lozère

L’englacement du mont Lozère est reconnu comme important et serait dù à sa topographie, dont l’altitude moyenne est parmi les plus importantes du Massif central français, ainsi que ces conditions météorologiques aux abondantes précipitations. Comme en Aubrac, sa morphologie en plateau a pu favoriser l’installation d’un glacier dit « ice-cap », peu épais et peu mobile d’où s’échappent de courtes langues de glaciers de vallées vers l’est du mont Lozère. La vallée de Paillère est l’emplacement de l’une de ces langues, plus au sud, d’autres langues marquées par des dépôts fluvio-gaciaires se distinguent, au bois de Longuefeuille, au nord de Concoules et au nord de Génolhac. Ces sédiments occupent des fonds de vallée, 10 à 20 m au-dessus du lit majeur. L’âge précis de l’englacement n’est pas connu.

Ce circuit a été réalisé avec l’aide de Philippe Gaubert et de Philippe Gerbier.

Les sédiments fluvio-glaciaires de Costeilades

Se garer à 500 m avant Costeilades. 200 m avant le hameau de Costeilades, vous observez des sédiments fluvio-glaciaires, des restes de moraines composées d’éléments de toutes tailles, blocs de granite, galets et de sédiments fins. Au hameau de Costeilades, une terrasse présente ces mêmes éléments et 200 m après le virage les moraines reposent sur le substrat schisteux. Ces matériaux résultent de l’érosion des eaux glaciaires, dues à la fonte des glaces ou au mouvement du glacier. Les blocs ont été érodés en amont où affleure le granite et ont été transportés par le glacier sur le sous-sol schisteux de la vallée de la Paillère.

Les blocs erratiques de granite

Au niveau du pont de Costeilades, descendre, passer sous le pont et emprunter le sentier qui descend vers la Paillère. Puis remonter jusqu’à rejoindre une piste. Tourner à droite. Dans le virage en épingle, continuer sur la crête.  Vous passez devant un gros bloc de granite homogène (granite des Signaux), puis depuis la crête un point de vue se déploie sur le versant nord de la Paillère où vous observez de nombreux grands blocs erratiques en granite. Les blocs erratiques sont à l’origine de la théorie des glaciations émise par Playfair dès 1802. Ici ce sont de gros blocs de granite disposé sur des prés en hauteur ou terrasses dont le sous-sol est schisteux. Le granite affleure beaucoup plus en amont et la présence de blocs erratiques de granite en dehors de tout cours d’eau ne peut s’expliquer que par un transport par glacier puis fonte de ce dernier.

Le verrou glaciaire

Dans la vallée, un relief se distingue parsemé de blocs de granite. C’est un verrou glaciaire, un relief sur lequel le glacier vient buter et qui a été abrasé par la glace. Les blocs de granite transportés par le glacier se sont accumulés sur le verrou. Lorsque le glacier s’arrête sur le verrou, c’est un verrou terminal qui marque la frontière entre les formes glaciaires de l’amont et leur absence plus en aval. En aval du verrou, l’érosion devient fluviale. Retournez sur la piste et continuez la piste jusqu’à la rivière.

Le cirque glaciaire

En amont de la vallée, les rochers de l’Aigle forment un cirque glaciaire bien visible depuis le col de l’Aigle. Les parois situées au-dessus de l’ancien glacier n’ont pas subi d’érosion glaciaire et forment des à-pics escarpés où les rochers fragmentés lors de la gélifraction au Quaternaire étaient arrachés par la chute des blocs de glace donnant des reliefs escarpés et déchiquetés. Le fond du cirque aux pentes beaucoup plus douces présente des roches moutonnées. Le profil plutôt en V de la vallée de Paillère, et non en forme d’auge en U caractéristique des vallées glaciaires, pourrait s’expliquer par la nature schisteuse de la vallée, roche plus tendre que les granites alentour.

La géomorphologie pour tous

La géomorphologie glaciaire

Émission c'est pas sorcier - Descente au coeur des glaciers

Descente au coeur des glaciers

Émission “C’est pas sorcier”

Le recul des glaciers

Émission “C’est pas sorcier”

Les glaciations : découverte, étude, traces dans les paysages Jean-Paul LEGROS (2019)
Site consacré aux traces des glaciers dans le paysage

Éléments de bibliographie

Glaciations quaternaires du Massif central

L’englacement quaternaire du Massif central – Jean-Paul Raynal et al. 2021

Premières observations sur les formes quaternaires et actuelles des montagnes cévenoles

Jacques Mauduy – 1975

Chronologie de l’englacement de l’Aubrac au Pléistocène supérieur : apports des Nucléides Cosmogéniques
Terrestres (NCT) par Arthur Ancrenaz et al. 2020.
Paléoformes et paléoformations périglaciaires ; dynamique nivale actuelle au sommet du mont Lozère (Yvette Dewolf, 1975)

Fluctuations glaciaires au Pléistocène supérieur dans les Monts d’Aubrac (Massif central, France) : nouvelles données par Arthur Ancrenaz et al., 2020.

Les modèles d’origine périglaciaire et leur évolution récente sur les plateaux de la Margeride et le mont Lozère

 

Le faciès pétrographique du sommet du Finiels par Prost et al., 1991

Ressources géologiques pédagogiques Lithothèque
Glacier du mont-Lozère

 

La déglaciation würmienne dans le Massif Central français, le point des travaux récents – B. Etlicher et A. de Goër de Hervé (1988)

 

Tourbières des Cévennes

Dynamique et contexte passés du développement d’une tourbière méditerranéenne (Massif de l’Aigoual, France) – Marion Bottollier et al. – 2009

Les tourbières de Montals et de la Baraque dans le massif de l’Aigoual – Olivier Jupille 2001

Tourbière de la vallée du Bonheur – ZNIEFF de type I n° 3006-2042

Quelle place pour les arbres en tourbière – Jérémie Cholet – 2010

Randonnées à pied

Les sentiers géologiques en Cévennes

Sentier géologique de Ruas

La randonnée géologique de Ruas

Fiche détaillée du sentier de Ruas.

Version numérique PDF avec la carte géologique et la trace GPS du sentier - 2,40 €

Piliers de dolomies

La randonnée des corniches dolomitiques de Cassagnes

Fiche détaillée du sentier des corniches dolomitiques de Cassagnes.

Version numérique PDF avec schéma et la trace GPS du sentier - 2,40 €

Randonnée du calcaire autour de Sainte-Enimie

La randonnée du calcaire autour de Sainte-Énimie

Fiche détaillée de la randonnée du calcaire autour de Sainte-Énimie

Version numérique PDFet la trace GPS du sentier - 2,40 €

Vue du col du Perjuret sur la vallée du Tarnon vers Fraissinet-de-Fourques

L'itinéraire géologique à travers les Cévennes

Fiche détaillée de l'itinéraire géologique à travers les Cévennes en 2, 3, 4 et 5 jours

Version numérique PDF avec la carte et la trace GPS de l'itinéraire routier - À partir de 2,90 €

 
Vue sur la vallée de Bédouès et Cocurès depuis Florac.

La randonnée géologique de Florac

Fiche détaillée du sentier de Florac.

Version numérique PDF avec la carte géologique et la trace GPS du sentier - 2,40 €

Sous la corniche - Camprieu (photo Philippe Gaubert)

La randonnée géologique de Camprieu

Fiche détaillée du sentier de Camprieu.

Version numérique PDF avec la carte géologique et la trace GPS du sentier - 2,40 €

Haldes le long du Trévezel sur le site minier de Villemagne - Le Roquet

La randonnée des mines de Villemagne

Fiche détaillée de la randonnée des mines de Villemagne

Version numérique PDF et la carte géologique et la trace GPS du sentier - 2,40 €

Le sentier de Fraissinet-de-Fourques

La randonnée géologique de Fraissinet-de-Fourques

Fiche détaillée du sentier de Fraissinet-de-Fourques.

Version numérique PDF avec la carte géologique et la trace GPS du sentier - 2,40 €

Sur les crêtes (photo Carlos)

La randonnée géologique de Génolhac

Fiche détaillée du sentier de Génolhac.

Version numérique PDF avec la carte géologique et la trace GPS du sentier - 2,40 €

Sentier géologique de Barre-des-Cévennes: Vue sur le Causse

La randonnée géologique de Barre-des-Cévennes

Fiche détaillée du sentier de Barre-des-Cévennes.

Version numérique PDF avec la carte géologique et la trace GPS du sentier - 2,40 €

Le sentier géologique du Col Saint-Pierre

La randonnée géologique du Col Saint-Pierre

Fiche détaillée du sentier du Col Saint-Pierre.

Version numérique PDF avec la carte géologique et la trace GPS du sentier - 2,40 €

L'abbaye du Bonheur à Camprieu

La randonnée de la Vallée du Bonheur

Fiche détaillée de la randonnée de la vallée du Bonheur

Version numérique PDF avec la trace GPS du sentier - 2,40 €

 
La randonnée "Glaciations Quaternaires aux sources du Tarn " photo Philippe Gaubert

La randonnée des glaciations quaternaires...Aux sources du Tarn"

Fiche détaillée de la randonnée des sources du Tarn

Version numérique PDF avec la trace GPS du sentier - 2,40 €

 

Vous aimez decouverte-cevennes.fr !

Adhérez et rejoignez nous !