Les coffres du Mortissou – sépultures néolithiques sur les crêtes schisteuses des Cévennes (Gard-Lozère) – 3500 – 1900 ans av. J.C. –

Frise chronologique de l'INRAP
Préhistoire – Néolithique

10 km – 350 m de dénivelé
1 journée 

Signal de la Lichère – Crête du Mortissou

Sentier facile
Balisage GR et GRP
Niveau scientifique pour tous

Départ – Sur la D54 entre le Pendedis et le col de la Baraque, au niveau du sentier qui monte au signal de la Lichère.

La fiche du sentier - 2,40 euros -

Pour avoir tous les détails sur la randonnée des coffres néolithiques du Mortissou, procurez vous la fiche détaillée.

> Espace membres

 
Cette randonnée autour du Signal de la Lichère et sur la crête du Mortissou vous présente les coffres et leurs tumulus dans les Cévennes schisteuses. Ces sépultures mégalithiques du Néolithique et Bronze moyen (3500 à 1900 ans av. J.C.) sont remarquablement implantées dans un secteur qui domine les vallées cévenoles, sur des crêtes, cols et replats visibles de loin dans le paysage.

Cet article a été réalisé avec l’aide de Ghislaine Marcon du Groupe alésien de recherche archéologique (GARA) et de Frédéric Bertho, réalisateur de la vidéo sur “Le mouton, animal révolutionnaire ou dommage collatéral ?” sur la chaîne YouTube “Ces portes qui donnent”.

Qu’est-ce qu’un coffre mégalithique ?

Un coffre est un tombeau rectangulaire de petites dimensions (2 m x 1 m) délimité par des dalles de pierre sur les quatre côtés et possédant parfois une dalle ou plusieurs dalles de couverture sur le dessus. C’est une sépulture mégalithique, dont l’accès se fait par le haut contrairement aux dolmens où l’entrée est frontale. Des vestiges de tertres, appelés tumulus, existent presque toujours. Ce sont des constructions souvent circulaires, de six à dix de mètres de diamètre, composées de pierres qui recouvrent le coffre. Leur étude montre une architecture complexe et diversifiée, souvent délimitée par des parements en pierres sèches agencés de manière soignée, parfois par des dalles plantées. Le coffre est ce qu’il reste aujourd’hui d’une architecture funéraire mégalithique construite par les hommes préhistoriques.

De quand datent les coffres ?

Il est difficile de dater les coffres, en raison des remaniements et pillages ultérieurs, de la rareté du mobilier céramique trouvé à l’intérieur et de l’absence de datations au carbone 14, particulièrement dans le schiste où les ossements sont détruits par l’acidité de la roche. Des datations effectuées sur la nécropole de Peyraube sur le Mortissou indiquent une construction des sépultures au Néolithique final (3600 à 3150 ans av. J.-C.) et au Bronze moyen (1934 à 1639 av. J.-C.) et sont toutes réutilisées au premier âge du Fer (VIIIe-VIe siècle av. J.-C.). D’un point de vue régional, les datations disponibles les plus fiables concernent essentiellement les grottes sépulcrales dans les calcaires alentour. Les sépultures collectives débutent dès le Néolithique récent, vers 3400-3300 ans av. J.-C. (aven de la Boucle à Corconne) et se poursuivent jusqu’au Bronze moyen dans les Pyrénées où la tradition de construction mégalithique semble avoir perduré. En Languedoc, on recense de nombreuses réutilisations aux périodes protohistoriques (fin âge du Bronze – âge du fer).

Les âges présentés av. J.-C. sont tous des âges issus de datations au 14 C calibrées

Où sont situés les coffres ?

C’est dans l’arrière-pays méditerranéen, principalement sur les contreforts du Massif central que l’on trouve le plus grand nombre de sépultures mégalithiques en France. Alors que les Causses et les contreforts cévenols sont riches en dolmens, ce sont essentiellement des coffres que l’on observe en Cévennes schisteuses. La majorité est concentrée sur les crêtes qui dominent les vallées des Gardons et du Galeizon et leur densité augmente vers le contact avec la plaine. Ils se localisent généralement sur les hauteurs, sommets, replats, cols et crêtes aux endroits où la roche affleure. Leur implantation se trouve toujours sur un sol horizontal qui a pu être aménagé, et semble avoir été choisie de manière à dominer et marquer le territoire. Les coffres de la crête du Mortissou sont orientés NNE-SSW à NS. Dans cette région des Cévennes, il n’y a pas de traces d’habitats, mais dans celle des Garrigues et des grands Causses, les sépultures mégalithiques sont souvent situées à proximité d’habitats généralement contraints par la présence d’eau et de terres agricoles.

Qui a construit les coffres ?

Le Néolithique final s’étale sur environ 1500 ans (3500 à 2000 environ av. J.-C.) et se caractérise par un morcellement des territoires habités par des groupes aux cultures différentes. Les groupes culturels à l’origine de la construction des mégalithes du sud de la France diffèrent dans le temps et l’espace.

Autour des Cévennes et sur les grands Causses, les constructeurs précurseurs sont dispersés en de petites unités et pratiquent la sépulture collective entre 3500 et 3200 av. J.-C. Leur céramique (faciès Avencas), inspirée du Chasséen, montre une évolution des formes et des décors. Ils se développent en rupture avec la culture chasséenne antérieure, à l’origine des mégalithes le long de l’Atlantique.

Puis entre 3200 et 2600 ans av. J.-C., les hommes de la culture de Ferrières, caractérisée par une nouvelle céramique à décor à chevrons, exploitent des carrières souterraines de silex en plaquettes dans le Gard (Collorgues, Salinelles) dont la production est exportée jusque dans les grands Causses. On leur attribue la construction de la plupart des sépultures collectives, où l’on retrouve leurs outils (poignards, lames, racloirs, faucilles), ainsi que la sculpture des premières statues menhirs. C’est à la fin de cette période qu’apparaît la métallurgie du cuivre dont témoigne la présence d’objets dans les sépultures. Les premières mines de cuivre recensées se trouvent dans l’Hérault près de Gignac dans le district minier de Cabrières-Péret et sont exploitées entre 3260 et 2360 av. J.-C.

Entre 2600 et 2200 ans av. J.-C., les hommes de la culture de Fontbouisse créent un nouveau style de céramique à décor cannelé. À cette époque, des villages de maisons en pierres sèches se développent dans la région des Garrigues.

Puis, à la fin de cette période et jusqu’à 2100 ans av. J.-C. apparait une nouvelle culture, le campaniforme. Les mégalithes ont été réutilisés par les populations de l’âge du Bronze. C’est entre le Bronze final et le Premier âge du Fer que les nécropoles tumulaires se développent. Les objets (parures, rasoirs, poignards en bronze, vases à incinération) issus de ces tombes incarnent le prestige de la personne inhumée ou incinérée. Les codes sociaux ne sont définitivement plus les mêmes et les coffres et dolmens servent de sépultures individuelles.

Quelle est la signification des coffres ?

Les tumulus et leurs parements périphériques permettent de stabiliser et protéger le coffre, chambre sépulcrale, mais ils donnent également un aspect monumental très visible dans le paysage. Leur présence fréquente sur des hauteurs, plateaux, crêtes et sommets et leur aspect visible de loin semblent souligner le territoire des populations néolithiques. Le soin amené à ces constructions leur confère un esthétisme qui souligne l’importance symbolique accordée à ces tombes.

Il semble qu’il y ait un culte lié à ces inhumations comme l’évoque la présence de dépôts de céramique et des traces de feux, vestiges de rites de rassemblements devant les entrées des dolmens. Le mobilier lorsqu’il est présent est identique à celui déposé dans les grottes sépulcrales : poignards, flèches, parures, haches polies. Il témoigne peut-être d’un statut particulier des individus inhumés. Cependant, ces sépultures sont régulièrement vidangées, réduites pour laisser la place à de nouveaux morts. C’est donc l’architecture de la tombe qui va être importante et refléter l’identité de ces communautés.

La construction des mégalithes du sud de la France apparaît lors d’un changement de société, marqué par l’émergence des statues-menhirs, de la métallurgie du cuivre et du morcellement des territoires entre différentes communautés.

Bibliographie sur les coffres mégalithiques

Le mobilier trouvé dans les sépultures des Cévennes est rassemblé et exposé au Musée archéologique d’Alès, le musée du Colombier.

Le circuit suit des crêtes très riches en coffres insérés dans leur tumulus et permet d’apprécier leur implantation en lien avec la topographie et dans le paysage. Malheureusement ces coffres ont tous été pillés, vidés et en partie détruits. Ils ont été pour la plupart nettoyés et restaurés par le GARA, Groupe Alésien de Recherche Archéologique. Seul un coffre a fourni quelques tessons atypiques de céramique préhistorique et de minuscules fragments osseux provenant d’une incinération.

Le signal de la Lichère

Vous montez par la piste jusqu’au signal de la Lichère qui offre un panorama à 360° sur les Cévennes jusqu’au pic Saint-Loup et la Méditerranée au Sud, l’Aigoual à l’ouest, le Mont-Lozère au Nord et le mont Ventoux et les Alpes à l’est, avec en premier plan les bassins charbonniers vers la Grand Combe. Une table d’orientation permet une lecture du paysage qui se trouve au cœur des Cévennes schisteuses. L’implantation des mégalithes autour du Signal de la Lichère et le long de la crête du Mortissou met en évidence la position dominante dans le paysage choisie par les constructeurs des coffres.

La crête du Mortissou

À partir du signal, vous empruntez le GR qui descend vers l’ouest. Vous suivez la crête, rejoignez le sentier vers la route D54, à l’intersection prenez à gauche et suivez le GRP qui suit la crête. Le long de la crête, vous observez un premier coffre, orienté N30, sans dalle de couverture avec un tumulus. 100 mètres plus loin, un deuxième coffre avec tumulus est orienté N30 perpendiculaire à l’axe de la crête et domine une vue magnifique vers la vallée Longue au Nord. 300 mètres plus loin, une tombelle avec un tumulus sont localisés sur un point haut. 700 mètres plus loin, un coffre allongé, orienté N30, avec des dalles de couverture, surplombe un paysage ouvert à 360 °. Quelques mètres plus loin, un deuxième coffre orienté NS, sans dalle de couverture, est entouré de blocs de quartz. Les deux coffres se trouvent au centre de leur tumulus respectif, bien visible. 200 m plus loin, vous observez un coffre, sans dalle de couverture, orienté N10, puis 100 m plus loin un deuxième coffre, orienté NS est détruit. À proximité sur la droite, un coffre présente une orientation de N70.
Ensuite, la crête présentant moins de coffres, nous proposons de faire demi-tour, à l’intersection après la cabane des chasseurs, récupérer la route D54 à gauche puis à la route aller à gauche pour rejoindre le point de départ à une centaine de mètres.

Pour découvrir la randonnée « Les coffres néolithiques du Mortissou », procurez-vous la fiche détaillée du sentier (1 journée).

> Espace Membres

 

 

 

La sortie du 25 mars 2023

Nous nous sommes retrouvés à plus de vingt personnes ce samedi 25 mars pour une belle journée printanière sur la crête du Mortissou. Une montée douce nous amène au signal de la Lichère qui dévoile son paysage sur 360° sur l’ensemble des Cévennes et bien au-delà. Comment savoir où se trouve le nord sans boussole ? Comment orienter sa carte ? Comment localiser les éléments du paysage sur la carte ? Une occasion rêvée de réviser l’orientation, la cartographie et même l’astronomie…

Puis nous descendons pour rejoindre la crête du Mortissou et découvrir un premier coffre préhistorique et les restes de son tumulus. Ghislaine nous fait partager toutes ses connaissances sur ces coffres, leur architecture, l’âge et les rites funéraires aux différentes époques d’utilisation. Discussions, débats et précisions sur la chimie des sols égrainent nos observations tout au long de la crête. Un peu plus loin, nous pique-niquons près d’un coffre sur la crête avec une sublime vue sur le Collet-de-Dèze et la vallée Longue. Après le repas, nous observons encore deux coffres qui n’ont pas été restaurés et permettent ainsi d’affiner le regard sur les traces que laissent ces mégalithes sur le terrain. Ghislaine nous explique comment s’effectue une fouille dans les règles de l’art.

Puis, retournant sur nos pas, nous rejoignons les voitures pour aller voir une nécropole à quelques kilomètres de là contenant 10 coffres et leurs tumulus. Cette nécropole a fait l’objet d’une fouille programmée, permettant de connaitre l’architecture de ces mégalithes, le mobilier récupéré, l’âge par datation des charbons de bois, les rituels funéraires pour le premier âge du Fer. Philippe Gerbier nous explique toute la problématique des datations au carbone 14 et de l’importance du calibrage pour obtenir des âges précis.

L’un des intérêts du site est de voir la monumentalité de ces mégalithes dont les tumulus ont été restaurés par le GARA et sa visite complète bien cette journée à la découverte des sépultures mégalithiques des peuplements préhistoriques des Cévennes.

La vidéo de Frédéric Bertho

Le mouton, animal révolutionnaire ou dommage collatéral

Frédéric Bertho

Frédéric Bertho

Randonneur et passionné d'Histoire depuis toujours, Frédéric Bertho n'a de cesse de rechercher, lors de ses pérégrinations, le sens de ce qu'il observe. Partant du principe que rien n'existe au hasard, il s'attache à redécouvrir l'histoire de ceux qui ont participé à la création de notre environnement actuel, et partage désormais le fruit de ses recherches sur sa chaîne YouTube "Ces portes qui donnent"...
Qui donnent vers quoi d'ailleurs ?
C'est justement là que l'aventure commence.
Logo de l'INRAP, l'Institut national de recherches archéologiques préventives

INRAP

Le site de l'Institut national des recherches archéologiques préventives
Logo du site sur la préhistoire hominides.com

HOMINIDES.COM

Un site consacré à la préhistoire
Logo de la société préhistorique française

Société préhistorique française

Site de la société créé en 1904

La préhistoire pour tous

Émission "C'est pas sorcier" sur les hommes préhistoriques
Émission "C'est pas sorcier" sur la bipédie
Émission "c'est pas sorcier" sur "Lucy, Néandertal, Cro-magnon"
Émission "c'est pas sorcier" sur le "Néolithique, un tournant pour l'humanité"
Émission "C'est pas sorcier" sur les hommes de Néandertal

Émission "C'est toujours pas sorcier" sur "La grotte Chauvet: l'origine de l'art"

Les sciences de l'archéologie

Le travail de l'archéozoologue, Ginette Auxiette, Film INRAP 5'34"

Pour en savoir plus sur la préhistoire

Sur les traces de l'humanité

"Chasseurs de cavernes" de Laurent Bruxelles

Émission radio sur France-culture "Carbone 14" - 2017 - 30 mn

L'homme de Néandertal

L'homme de Néandertal

Conférence du 14 juillet 2021 par Silvana Condemi, chercheuse au CNRS, 43 mn, tout public

Néandertal, dans les pas d'une autre humanité

Fim de David Geoffroy,2022, 52 mn

Quelle créature est donc Néandertal ?

Entretien du 12 juillet 2022 avec Ludovic Slimak - Chercheur CNRS - sur l'homme de Néandertal - 1h56'  

Néandertal, tisseur de cordes

Conférence du 5 avril 2021 par Marie-Hélène Moncel - Chercheuse CNRS - 43 mn - Niveau expert

Homo sapiens en Europe il y a 46 000 ans

Conférence du 27 juin 2022 au musée de l'homme
Jean-Jacques Hublin, prof. au collège de France

Néandertal : Portrait caché

Émission du 10 mai 2023 sur France Culture, La science CQFD avec Ludovic Slimak et Amélie Vialet - 58 mn

Sapiens et Néandertal : les brins croisées

Émission du 23 septembre 2023 sur France culture
Évelyne Heyer, prof. anthropologie génétique au muséum national d'Histoire naturelle - 32 mn

Ainsi meurent les néandertaliens

Émission Carbone 14 du 1 juillet 2023 sur C14 de France culture
Ludovic Slimak, chercheur CNRS - 30 mn

Le Néolithique

Le Néolithique de Jean Guilaine

Émission radio sur France-culture "Le salon noir" - 2015 - 30 mn

Le Néolithique : le voyage sans retour ? de Fanny Bocquentin, CNRS

Émission radio sur France-culture "Carbone 14" sur le Néolithique dans le croissant fertile - 29 mn

La méditerranée dans "la longue durée" de Jean Guilaine

Émission radio sur France-culture "Carbone 14" sur le Néolithique - 2018 - 29 mn

Carnac, sur les traces du royaume disparu

Film 92 mn sur les menhirs de Carnac

Le rapport à l'animal

Animal : Une expo de bête(s) !

Une exposition sur le lien de l'homme à l'animal réalisée par les élèves-conservateurs de l'Institut National du Patrimoine

L'art pariétal

L'art des cavernes en action - Tome 1 - Les animaux : modèles Aspect, locomotion, comportement – Marc Azéma - ed Errance

L’art des cavernes en action – Tome 1

Les animaux : modèles Aspect, locomotion, comportement – Marc Azéma - ed Errance 2009

Jean-Loïc Le Quellec, d'après une pré-histoire vraie

Émission du 17 février 2023, La Science CQFD dans France-culture par Jean-Loïc Le Quellec, antropologue au CNRS - 58 mn

L’art des cavernes en action – Tome 2 -

L’art des cavernes en action – Tome 2

Les animaux figurés - Animation et mouvement, l'illusion de la vie - Marc Azéma - edt Errance 2021

Préhistoire et mythologie

Émission du 23 avril 2016, Le salon noir avec Jean-Loïc Lequellec, antropologue au CNRS - 26 mn

Pré-cinéma: origines paléolithiques de la narration graphique

Conférence du 26 novembre 2020 à Objectif 3D par Marc Azéma, Préhistorien  - 1 h 38 mn

Quand Homo Sapiens faisait son cinéma

Documentaire ARTE, 2016 par Marc Azéma et Pascal Cuissot, 53 mn

Lascaux saison 4 : un art quasi mort et très enterré

Émission France-culture, LSD la série documentaire, 2016

Comment la grotte Chauvet a changé notre regard sur l'art paléolithique ?

Conférence du 12 décembre 2022 au Musée de l'Homme par Carole Fritz, archéologue CNRS  - 1 h 35 mn

Ouvrages et synthèses sur la préhistoire

Homo-sapiens, l'humanité en partage - Hors-série Le Monde/ La Vie sept 2022

Homo-sapiens, l'humanité en partage

Hors-série Le Monde/ La Vie sept 2022
Livre Néandertal nu de Ludovic Slimak (2022)

Néandertal nu

Ludovic Slimak, 2022, edt Odile Jacob - 240p.

Livre La seconde naissance de l'homme - Le Néolitique - Jean Guilaine - 2015

Au temps des dolmens

Jean Guilaine - 1998 - edt Privat - épuisé

Livre Le dernier Néandertalien de Ludovic Slimak (2023), édition Odile Jacob, 304 p

Le dernier Néandertalien

Ludovic Slimak, 2023, edt Odile Jacob - 304 p

Livre La seconde naissance de l'homme - Le Néolitique - Jean Guilaine - 2015

La seconde naissance de l'homme - Le Néolitique

Jean Guilaine - 2015, edt Odile Jacobs, 200 p.
Livre La seconde naissance de l'homme - Le Néolitique - Jean Guilaine - 2015

Néandertal, mon frère

Silvana Condemi et François  Savatier - 2019 (version originale 2017), edt Flammarion poche, 246 p.

Livre sur les premières sociétés agropastorales du Languedoc méditerranéen. Le Taï (Remoulins-Gard) Sous la direction de Claire MANEN Toulouse, Archives d’Écologie Préhistorique, 2022, 2 volumes, 922 p.

Les premières sociétés agropastorales du Languedoc méditerranéen. Le Taï (Remoulins-Gard)

Sous la direction de Claire MANEN Toulouse, Archives d’Écologie Préhistorique, 2022, 2 volumes, 922 p.

La préhistoire en Cévennes

Logo du musée archéologique d'Alès, le Colombier

Musée du Colombier

Le musée archéologique d'Alès
La replique de la grotte Chauvet, son art pariétal, sa galerie de l'Aurignacien et son musée

La grotte Chauvet 2

La réplique de la grotte Chauvet et son parc

Musée préhistorique de l'aven d'Orgnac

Musée d'Orgnac

Le musée préhistorique de l'Aven d'Orgnac

Éléments de bibliographie

Randonnées à pied

Préhistoire des Cévennes

Le coffre de Galta - Saint-Germain-de-Calberte.

Randonnée des Rocs de Galta "sur les traces préhistoriques"

Randonnée sur le thème de la pierre et de la préhistoire - 6 km, dénivelé : 200 m - Départ au village vacances de Saint-Germain-de-Calberte
Randonnée sur les coffres néolithiques du Mortissou (Vallée du Galeizon, Saint-Martin-de-Boubaux)

Randonnée "Les coffres néolithiques du Mortissou"

Randonnée sur le thème des coffres préhistoriques - 10 km, dénivelé : 350 m - Départ sur D54

Randonnée des menhirs des Bondons

Randonnée des menhirs des Bondons

Randonnée sur le thème des menhirs - 6 km, dénivelé : 200 m - Départ sur D35

Espace Membres

 

 

 

Vous aimez decouverte-cevennes.fr !

Adhérez et rejoignez nous !