Les arbres mellifères

Nous vous présentons le résumé de la conférence de Bernard Cabannes sur les arbres mellifères donnée le 28 juillet 2020 à Vialas dans le cadre des conférences du mardi.

Le contexte général

L’intérêt d’une plantation d’arbres mellifères s’inscrit dans un contexte de déprise agricole, d’une volonté de planter des essences pour d’autres usages que le bois qui tiennent compte de l’environnement, du paysage, de la diversité floristique et faunique.

De 1996 à 1998, un fond de gestion de l’espace rural, développé en milieu rural, a permis de mettre en place des parcelles expérimentales par le CRPF, les Centres Régionaux de la Propriété Forestière, qui sont des établissements publics donnant des conseils gratuitement aux propriétaires privés et peuvent les accompagner dans leur projet.

Cette prise en compte de l’aspect environnemental de la forêt a été inscrite dans la loi d’orientation forestière en 2001.

Qu'est-ce qu'un arbre mellifère ?

C’est un arbre qui produit des substances utilisées par les abeilles pour le fonctionnement de leur ruche : le nectar, le miellat, le pollen, la propolis.

Le nectar est un liquide sucré sécrété par les fleurs destiné à attirer les insectes pollinisateurs qui permettront la reproduction des plantes. Sa transformation par les abeilles donnera le miel.

Le miellat est obtenu à partir du liquide sucré provenant des rejets des pucerons qui se nourrissent de la sève des feuilles ou aiguilles des arbres.

Le pollen est l’élément mobile mâle produit par la fleur qui se situe dans la partie terminale de l’étamine, l’organe mâle de la fleur. Il est stocké dans la ruche et est essentiel pour le développement des abeilles.

La propolis est un matériau fabriqué par les abeilles à partir de cire et d’une résine récoltée sur les bourgeons de certains arbres (peupliers, marronniers, saules). Les abeilles l’utilisent pour colmater la ruche et comme anti-infectieux pour l’assainir.

Quel est l'intérêt d'une plantation d'arbres mellifères ?

Les arbres mellifères ont un intérêt pour la production de miel et des autres produits de la ruche, mais également pour favoriser la pollinisation des plantes et la biodiversité.

Concernant la production de miel, ils permettent l’étalement des floraisons dans l’année. Ils peuvent corriger des manques de nourriture pour les abeilles à certaines périodes, comme le lierre en fin d’automne, l’arbousier en hiver, ou les noisetiers et les saules à la sortie de l’hiver.

Afin de choisir les essences les plus adaptées, il existe des calendriers de floraison d’arbres mellifères selon les zones d’adaptation au climat et au sol (voir les fiches en fin d’article).

De nos jours, l’intérêt paysager de l’arbre est également pris en compte (exemple de l’érable pour ses couleurs automnales).

L’introduction d’arbres mellifères a également un intérêt pour remplacer certaines essences qui vont disparaître au cours du siècle à cause du réchauffement climatique comme le châtaignier.

Quels sont les arbres mellifères les plus utilisés ?

Les essences les plus intéressantes d’un point de vue mellifère sont :

  • Les érables, l’érable champêtre étant le plus intéressant pour la production de nectar. L’érable sycomore est le plus grand des érables et donne également un très bon bois. L’érable de Montpellier, quant à lui, est adapté aux climats chauds.
  • Les tilleuls peuvent offrir une floraison étalée de fin mai à mi-juillet selon les espèces ainsi qu’un bois de qualité. Le tilleul argenté présente un grand intérêt par l’abondance sa production de nectar qui peut être narcotique pour les abeilles.
  • Les fruitiers forestiers comme le merisier, l’alisier blanc, le poirier commun, le pommier sauvage, le sorbier des oiseleurs. Leur floraison en début de printemps est importante pour le développement des ruches. Certains de ces arbres ont des bois précieux, voire très précieux et sont particulièrement esthétiques.
  • Le châtaignier, très prisé pour sa production de châtaignes et son excellent bois. Pour une bonne production mellifère, il a besoin d’espace pour capter le soleil et fleurir abondamment.
  • D’autres arbres sont très producteurs de nectars, tels l’eucalyptus, le robinier (faux acacias), le févier d’Amérique. Ce dernier a une floraison couverte d’abeilles, produit des gousses appétentes pour les ovins, mais présente le défaut d’avoir de grosses épines.
  • Le sophora du Japon qui provient de Chine,est bien acclimaté en France et produit beaucoup et fleurit en plein été.
  • L’évodia est un arbre qui peut attirer un millier d’abeilles durant un mois de floraison qui a lieu en juillet, une période particulièrement creuse.
  • Le tulipier de Virginie qui donne de magnifiques fleurs qui produisent un peu de nectar,
  • Le frêne à fleurs qui a l’avantage d’être un arbre rustique et s’adapte presque partout,
  • L’arbousier qui fleurit en hiver et produit un miel atypique et recherché,
  • L’amorpha fruticosa qui est un arbuste intéressant pour l’élevage ovin et très productif en nectar et pollen.
Comment aménager une forêt mellifère ?

Pour avoir un véritable intérêt, la forêt mellifère doit se situer dans un rayon d’un kilomètre de l’emplacement des ruches. À l’intérêt mellifère sont souvent associées d’autres fonctions comme la production de bois, la qualité paysagère, la nourriture pour  l’élevage ou pour la faune sauvage…

Les objectifs d’une forêt pour la production de bois sont d’obtenir une croissance rapide des arbres et une absence de défaut dans le bois. Cela suppose une plantation serrée au départ suivie d’un éclaircissement. Dans l’objectif d’une production mellifère, les arbres seront plantés moins serrés afin d’avoir plus d’espace et de lumière, ce qui favorise la floraison.

Le choix des essences doit être adapté au terrain et au climat. On recherchera l’étalement des floraisons si le rucher est sédentaire, la production du pollen en fin d’hiver et au début du printemps (noisetiers, saules) ainsi que la nourriture durant l’hiver (arbousier).

Les projets peuvent être très diversifiés, comme le montrent ces exemples :

  • La réhabilitation de terrasses en pierre sèche : plantations d’érables,
  • Le développement d’un potentiel existant : exemple de plantations de sorbiers,
  • La synergie avec l’élevage : plantations dans des prairies offrant de l’herbe et de l’ombre aux brebis.

 

Période de floraison des arbres et arbustes mellifères
Intérêt mellifères et zones appropriées aux espèces mellifères choisies

Pour en savoir plus

Michèle LAGACHERIE et Bernard CABANNES – Rapport CRPF Languedoc-Roussillon – 1999 – Reconquête d’espaces agricoles abandonnés par l’étude et la plantation d’arbres et arbustes à intérêt mellifère, ornemental et cynégétique –

Abeille, arbre et territoire

Abeille, arbre et territoire

Des paysages agroforestiers pour accueillir et nourrir les abeilles domestiques

Le réseau des botanistes francophones

Le réseau des botanistes francophones

Tela Botanica est un réseau francophone de botanistes, amateurs et confirmés. Parmi ses multiples activités, le réseau propose des formations gratuites en ligne pour débutant (MOOC botanique).

La formation en ligne gratuite à la botanique 

Dépliant sur l'histoire des roches et des paysages en Cévennes

La garance voyageuse

Depuis 1988, l'équipe de La Garance voyageuse poursuit son aventure au cœur du monde végétal. Au fil des saisons, elle édite une revue centrée sur la vulgarisation, la diversité et l'approche sensible du monde végétal.

Société botanique de France

La société botanique de France

La société botanique de France créée en 1854 a pour but de concourir au progrès des disciplines de la botanique fondamentale et de terrain.

Vous aimez decouverte-cevennes.fr !

Adhérez et rejoignez nous !